Petite chronique d’été

Après avoir servi de punching-ball à une étudiante à deux doigts du burnout, me voici accoudée à la terrasse d’un fast-food. Ici, au Village, je n’ai guère pu trouver mieux. Mon burger dégoulinant de triglycérides, comme à l’accoutumée, un crayon à la main, j’observe la faune locale. Dans l’entrebâillement d’une porte, un petit caïd fume sa roulée en mode pétard, affalée sur une chaise au bord du seuil de rupture, une Big Mama expose ses dessous plus très frais au vent, partout ailleurs, un tohu-bohu de gosses qui hurlent et de parents qui s’égosillent encore plus fort. Maintenant je regrette réellement être sortie de ma caverne, cet après-midi de beau temps.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0

Myriam Hrybynyk

Écrivain·e - Blogueu·r·se - Photographe et Édit·eur·ice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.