Deux poids, deux mesures

Quand ils échappent au pilon, à la censure, aux procès ou encore à l’interdiction d’édition ou de réédition, les livres aux contenus misogynes, homophobes, xénophobes… ou contenant des appels à la haine, se voient préfacés d’une mise en garde et classés en l’enfer des librairies et des bibliothèques ; sauf quand ces derniers sont dits sacrés, alors se retrouvent-ils même classés au rayon jeunesse, dispensés de toute jurisprudentielle préface.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0

Myriam Hrybynyk

Écrivain·e - Blogueu·r·se - Photographe et Édit·eur·ice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.