À contrario du bon vin

[…] – Signé, Martine 44 ans, en bas d’un témoignage, dans un magazine littéraire.

L’âge est en quelque sorte une clef qui ouvre et ferme nos portes sociales. Partout nous parlons d’âge, nous stipulons l’âge, nous demandons l’âge, nous craignons l’âge, nous mentons sur notre âge… comme si cette information, à l’instar du prix d’un article, mais inversement proportionnellement, présageait de la valeur et des qualités ontologiques d’un être. N’avez-vous jamais rêvé, comme moi, d’être un bon flacon de vin ?…

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0

Myriam Hrybynyk

Écrivain - Blogueuse - Photographe et Éditrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.