Dans la caverne de Platon

Ce qui est filtrant au travers de nos sens, de notre esprit et donc de notre corps, notre réalité propre n’est jamais, en définitive, que la projection de nos fantasmes. Qu’y a-t-il dès lors de si mystérieux en le nombre considérable de nos déceptions ?

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0

Myriam Hrybynyk

Écrivain - Blogueuse - Photographe et Éditrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.