Conscience phénoménale

Si j’étais une plante ma perception et donc ma « connaissance » du monde serait bien différente. Notre réalité propre n’est, à mon sens, jamais que le fruit de nos perceptions et de notre réflexion.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0

Myriam Hrybynyk

Écrivain·e - Blogueu·r·se - Photographe et Édit·eur·ice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.